Ce guide vous permet d'identifier les opportunités du marché de l'assurance

C’est l’été: avez-vous pensé à assurer votre habitation contre les inondations?

Les inondations sont le premier danger naturel en France. Chaque année de nombreuses habitations, commerces et infrastructures sont endommagés à cause des fortes précipitations.  Alors que les contrats d’assurance de biens (multirisques habitation et entreprises) comportent obligatoirement des garanties en cas de catastrophes naturelle, de plus en plus de victimes ont du mal à se faire indemniser.

Les causes du déluge

Par définition, une inondation est un débordement des eaux submergeant ainsi un terrain et parfois même un pays. Elle peut être d’origines diverses et avoir de lourdes conséquences. En effet, elle peut être d’origine naturelle liée aux aléas et phénomènes climatiques. Ou aussi, causée par l’activité anthropique, c’est-à-dire que certaines pratiques de l’homme (irrigation, barrages, écluses, ….) créent l’imperméabilité et une dégradation des sols,  entraînant ainsi l’accélération du ruissellement de l’eau. Enfin, nous pouvons aussi inclure le réchauffement climatique  relatif aux changements de température. Une hausse de la température peut entraîner des inondations et causer par exemple une hausse du prix des matières premières. A titre informatif, le dégel provoque une hausse de la quantité d’eau dans les rivières.

Les régions les plus touchées

En France, certaines régions sont plus concernées que d’autres. Chaque année plus de 25 départements sont en vigilance contre les risques d’inondations. Il faut rappeler que cela n’est pas sans conséquence. Tout d’abord, les inondations ont un impact considérable sur notre société. Les désastres provoquent de nombreuses victimes (blessés et morts). Ensuite d’un point de vue économique, elles paralysent l’activité, empêchent les français d’aller au travail et détruit de nombreuses habitations et infrastructures. Sans compter les milliers de foyers privés d’électricité.

Une stratégie de lutte efficaces, mais …

La politique du gouvernement français en matière de gestion des inondations vise à limiter l’imperméabilisation des sols en milieu urbain par l’infiltration des eaux de ruissellement et aussi par la création d’espaces verts. En milieu rural, l’on encourage les pratiques culturales plus adaptées et le stockage de l’eau. De plus, l’état français investit considérablement pour prévenir tous les risques potentiels d’inondations. Lors de sa visite à Lourdes, gravement touchée par les inondations, le ministre de l’intérieur Manuel Valls s’est engagé solennellement à octroyer des aides exceptionnelles pour aider les victimes et les entreprises. Mais, Il convient de souligner le fait qu’en cas d’inondation importante, le risque de dommage aux biens et aux personnes est plus ou moins couvert par l‘assurance. Ce qui veut dire qu’une démarche peut être possible pour obtenir une indemnisation (sous certaines conditions).

Ne pas commettre d’erreur

Pour être indemnisé, il vous faut remplir deux conditions à savoir :

Posséder un contrat d’assurance qui couvre les dégâts causés par les catastrophes naturelles. Et ce, pour son logement, sa voiture ou son entreprise. Le niveau de remboursement dépendra ensuite des garanties souscrites. Raison pour laquelle il est conseillé de consulter avant votre contrat d’assurance habitation afin de vérifier le taux de remboursement ou la prise en charge ou non du sinistre. Si le risque est couvert, vous devez  entamer les différentes démarches pour être rembourser.

Un constat à l’amiable

Vous devez obligatoirement vous adresser à votre assurance afin de signaler le sinistre. En général, vous remplirez un formulaire de contrat spécifique aux dégâts des eaux. En renseignant les informations sur le lieu, la date, les circonstances, les causes du sinistre ainsi que vos coordonnées et la nature des dommages. Ce constat sera une preuve et facilitera vos démarches. Il est tout aussi important de conserver les objets endommagés et leurs factures pour faciliter le calcul du montant du préjudice subi. En outre, si les dégâts sont importants, l’assurance peut solliciter les services d’un expert afin d’évaluer le montant des dommages.

L’indemnisation du sinistre

Une fois l’estimation effectuée, une proposition d’indemnisation est faite. En cas d’accord, le versement est fait dans un délai conforme aux obligations du contrat. En revanche, en cas de désaccord entre l’assuré et l’assureur, le sinistré  peut engager la responsabilité juridique de son assureur ou saisir un médiateur des assurances. Afin que celui-ci trouve une solution au conflit  avec votre assureur. Bien qu’il ne garantisse pas de mettre un terme au litige, le recours à la médiation présente néanmoins l’avantage d’être rapide et gratuit.