• Santé mobile : une manne financière pour la sécurité sociale

    Avec une population de 24 millions d’utilisateurs, la France figure parmi les pays les plus connectés d’Europe. Et si le secteur de la santé mobile aidait la sécurité sociale à faire des économies substantielles.  C’est du moins ce que laisse entendre de nombreux spécialistes, preuve à l’appui.

    Des millions de Smartphones vendus

    En France, Le marché  des Smartphones se porte très bien. En effet entre 2008 et 2012, le nombre de Smartphones vendus est passé d’un million d’unités à 13.5 millions.  Au niveau des usages, ils sont 77% des mobinautes à utiliser internet quasi quotidiennement soit un  bon de cinq points en un seul trimestre. Pour l’année 2013, la tendance est à la hausse. En effet, les prévisions de ventes s’élèvent exactement à 15,2   millions d’unités.

    Nous évoluons dans un contexte marqué par la multiplication des applications Smartphones et le développement d’internet.  Grâce aux Smartphones, nous pouvons aujourd’hui suivre la courbe de poids, nos déplacements, le taux de cholestérol, son pouls ou sa pression.  Aujourd’hui, on ne compte pas moins de 100 000 applications Smartphones consacrées à la santé.

     Santé mobile : un nouveau concept

    Dans les pays développés, un nouveau concept émerge : la m-santé. Elle  se traduit par l’utilisation des nouvelles technologies  mobiles pour proposer des solutions santé, de la prévention, du renseignement médicament ou un suivi de maladies. Autrement dit, patients et professionnels santé peuvent échanger (informations, données, image, …) partout dans le monde et en toute sécurité.

     Les différents avantages

    En marge du succès des Smartphones, est apparu un nouvel usage. Nous sommes aujourd’hui en mesure d’évaluer et d’établir un diagnostic médical à distance. En effet, la téléconsultation peut se faire via des sites mobiles et représente une réelle alternative pour améliorer le système de santé actuel. Les  services m-santé permettent aux patients souffrant de maladies chroniques par exemple,  de bénéficier de soins en dehors des structures de santé traditionnelles ou d’avoir un suivi ultra-personnalisé. De plus, pour les personnes dépendantes, il existe de nombreuses  applications mobiles qui proposent des services d’aide à l’autonomie et aux citoyens via les informations portant sur la prévention et la gestion du capital santé.

     Économiser 11 milliards d’euros

    Selon une étude récente (PriceWaterhousCooper), l’usage du Smartphone dans le domaine médical permettrait non seulement d’améliorer le suivi et la vie des patients, mais aussi de combler le déficit de la sécurité sociale. En effet, tandis que ce déficit se creuse, la m-santé permettrait de réaliser en France, précisément 11.5 milliards d’euros d’économies d’ici 2017 et environ 99 milliards d’euros dans toute l’Union Européenne.

    Toutefois, de nombreux problèmes subsistent notamment juridiques. Tout d’abord, Les pays de l’union européenne doivent lever les barrières d’ordre réglementaire, économique, technologique et structurel.  Ces nombreux freins limitent la croissance et le développement de la santé-mobile. Ensuite, l’absence d’encadrement juridique pour la sécurisation des données personnelles est déplorable.

    Des Préconisations stratégiques

    Pour espérer obtenir ces résultats, PwC recommande :

    • Créer de nouveaux systèmes de remboursement qui encouragent la santé-mobile
    • Créer un nouveau cadre juridique pour encadrer cette nouvelle pratique
    • Sécuriser la transmission des données de santé personnelles
    • Clarifier la réglementation européenne sur les dispositifs médicaux
    • Sensibiliser et former les professionnels
    • Intégrer la mobile-santé dans les stratégies nationales

Comments are closed.