• SÉCURITÉ : le plan national de Valls contre les cambriolages

    Depuis hier, la guerre  aux cambriolages et aux vols à main armée est désormais décrétée. le ministre de l’intérieur Manuels Valls a  lancé son plan national de lutte contre ce phénomène. Le but de cet article est de mettre en exergue les grandes priorités.

    En France, les chiffres explosent

    Par définition, un cambriolage est une effraction du domicile dans l’intention d’y commettre un vol.  Aussi, le nombre de cas de cambriolages est lié à plusieurs facteurs notamment la disponibilité des policiers, la densité de la population et le tissu urbain. Les  cambriolages sont en générale plus fréquent la journée que la nuit du fait que la plupart des gens sont à leur travail.

    En  France, il se produit un cambriolage toutes les 2 minutes, soit près de 985 par jour et 323 000 en 2011. Ce qui réduit à 1 chance sur 10 de se faire cambrioler. Selon l’Observatoire National de la Délinquance et de la Réponse  Pénale (ONDRP), le nombre de cambriolages s’est accrue  de +8.8% en 2012 soit 359 500 cambriolages sur l’année. Ces chiffres ne prennent pas en compte les tentatives ou cambriolages non-déclarés, ni même le taux de criminalité.

    Le retour de l’ADN chimique

    Il s’agit d’un tout nouveau système de sécurité (SmartWater), à base d’eau pour en quelque sorte marquer les cambrioleurs.  Tout d’abord,  chaque commerce aura désormais une signature ADN spécifique. Celle-ci est contenue dans de l’eau chimiquement modifiée qui sera vaporisée sur le  braqueur ou le cambrioleur.  Invisible à l’œil nu, inoffensif, et indélébile,  Cet ADN chimique peut marquer la peau et les vêtements du braqueur pour une durée de  5 à 6 mois. Ensuite, l’analyse des traces permettra aux forces de l’ordre de relier le suspect au lieu du délit. Un véritable moyen de dissuasion.

    Cibler les délinquants et les filières organisées

    Pour chaque bassin de délinquance, Manuel Valls recommande des diagnostics. Chaque diagnostic doit recenser l’âge, le profil des braqueurs ou des cambrioleurs et le mode opératoire. Ensuite, en fonction des résultats, seront élaborés des plans d’action spécifiques en collaboration avec les différentes autorités.  De plus, le plan prévoit un échange permanent d’informations avec les différentes administrations pénitentiaires.

    Une présence dissuasive de la police et de la gendarmerie

    Occuper la voie publique est l’un des éléments clés du plan d’action du ministre de l’intérieur. En effet, Manuel Valls entend mobiliser les forces de l’ordre (Police et gendarmerie) à la lutte contre les cambriolages. Selon ses précisions, «Il ne s’agit pas de déployer les policiers et les gendarmes tous azimuts».  Enfin,  le plan anti hold-up sera activé dès octobre (au lieu de novembre) dans tous les départements ayant connu une augmentation du nombre de cambriolages et de vols à main armée.

    Le «bouton d’alerte 17»

    Ce dispositif d’alerte est la mesure la plus emblématique. En effet, il permet au commerçant d’alerter en temps réel les forces de polices par envoi d’un message préenregistré.  Le message comporte les informations et coordonnées nécessaires à l’intervention. D’où un gain de temps énorme. Par ailleurs, ce dispositif d’alerte en temps réel devrait toutefois concerner les commerçants à la profession à risque et sera limité aux cas d’agression contre la personne.

    Prévention électronique

    Le plan d’action du ministre de l’intérieur prévoit de développer la vidéosurveillance sur l’ensemble du territoire français. Selon ses partisans, un tel système permet de prévenir la criminalité (vols, cambriolages, agressions,…) et d’effectuer tous types de contrôle. Selon le sondage BVA, 75% des français interrogés se disent complètement favorables au développement de la vidéosurveillance dans les centres villes, transports en commun et lieux publics. Pour Manuel Valls, le développement de la vidéosurveillance constitue « la meilleure réponse à l’insécurité » et devrait permettre une reconquête du territoire.

    Les alarmes silencieuses

    Pour lutter contre les vols à main armée, certains outils s’avèrent plus efficaces que d’autres. En effet, très utilisée dans les banques, le système « d’alarme silencieuse » permet avec efficacité, d’alerter rapidement et  discrètement les policiers ou gendarmes, sans pour autant mettre la vie du commerçant en danger.  Pour les médecins ou les pharmaciens par exemple, cette technique est déclinée sous forme de boîtiers mobiles assortis d’un dispositif de géolocalisation.

    Les indemnités et démarches avec l’assurance

    Si vous êtes victime d’un cambriolage ou d’un vol dans votre maison ou votre appartement, votre assurance habitation peut couvrir le montant des dommages subis, à certaines conditions. Dans un premier temps, il convient de vérifier que vous êtes bien couvert. Ces contrats comportent généralement des clauses portant sur certains type de vols (vols commis par un membre de la famille ; vols survenus pendant la suspension de la  garantie de vol, vols d’objets précieux, …).

    Après vérification, si votre cas est couvert par votre assurance, vous devez accomplir certaines formalités. Tout d’abord, vous devez impérativement enregistrer votre plainte  pour vol auprès du commissariat ou de la gendarmerie la plus proche. Vous obtiendrez un récépissé stipulant le dépôt de votre plainte et il vous sera utile pour vos démarches auprès de l’assureur. Ensuite, vous sera demandé d’ adresser à votre assureur une estimation de la valeur des biens volés dans un délai prévu au contrat (quelques semaines normalement). Enfin, lorsque l’évaluation de l’expert est acceptée par les deux parties (assureur et assuré), les indemnités  sont automatiquement versées à l’assuré dans un délai d’un mois.

Comments are closed.