• Voiture brulée : comment se faire rembourser par l’assurance ?

    Chaque année en France, plus de 40 000 véhicules sont incendiés. Actes gratuits de pyromanie ou de vandalisme, les motivations incendiaires sont nombreuses et alourdissent le bilan.

    Pour les victimes en revanche, le montant des indemnisations est fortement variable et dépend du contrat d’assurance.

    voiture_brulee_assurances3big

    Que faire en cas d’incendie ?

    Assurance « tiers »

    Si le contrat souscrit ne couvre pas le véhicule contre le risque d’incendie, il n’y aura pas d’indemnisation.

    En effet, cette assurance n’est pas formatée pour rembourser les dommages causés par un incendie. Toutefois, l’assuré à la possibilité de saisir la CIVI (la commission d’indemnisation des victimes d’infraction) auprès du tribunal (Grande Instance). Elle statue sur les demandes d’indemnisation présentées par les victimes d’infractions.

    Le délai est d’environ 3 ans à compter de la date de l’infraction. Enfin, la victime doit impérativement joindre à son dossier une évaluation du montant de la réparation.

    Assurance « tous risques »

    De nos jours, Les contrats d’assurance  « tous risques » couvrent les risques incendies. De ce fait, pour obtenir une indemnisation, il convient de suivre certaines démarches de déposer une plainte auprès de la police ou de la gendarmerie la plus proche.

    Il faut faire une déclaration de l’incendie à sa compagnie d’assurance dans un délai de 5 jours. Le montant de l’indemnisation sera fixé par un expert. Mandaté par l’assureur, sa mission sera d’évaluer et de définir dans un rapport détaillé, le montant des dommages.

    Quelle garantie choisir ?

    Assurance au tiers

    En France, comme en Europe, ne pas assurer son véhicule est constitutif de délit. En d’autres termes, un défaut d’assurance expose donc le conducteur à de lourdes sanctions comme :

    • Une immobilisation du véhicule
    • Une amende d’environ 3 750 euros
    • Annulation du permis

    Obligatoire et économique, l’assurance au tiers concerne tous les véhicules terrestres et couvre certains dégâts causés par l’assuré. En effet, ce contrat d’assurance auto intervient si le conducteur blesse un tiers (cycliste, automobiliste).

    Exemple : si l’assuré est blessé, en l’absence de responsable, le conducteur sera indemnisé des préjudices subis.

    L’assurance « tiers » ne couvre pas le risque incendie. Mais, il est possible de souscrire des garanties facultatives (incendie, tempête,…). En principe, cette garantie inclut l’indemnisation des conséquences d’un incendie, combustion spontanée, etc.… Il peut aussi, arriver dans certains cas que l’assurance minimum au tiers ne couvre pas les dégâts de l’assuré.

    C’est-à-dire, lorsque :

    • Le conducteur n’est pas majeur ou ne possède pas de permis de conduire,
    • Le conducteur a causé les dommages de manière délibéré,
    • Le conducteur est en procédure de retrait de permis ou de suspension.

    Dans les cas cités, l’assureur peut engager la responsabilité de l’assuré, résilier le contrat ou refuser la prise en charge.

    Assurance tous risque

    Un défaut d’assurance ou le fait de ne pas souscrire une assurance peut s’avérer très dangereux. En choisissant délibérément une simple formule (tiers), vous pouvez vous ruiner pour souscrire une ou des garanties facultatives. Vous vous exposez à une lourde sanction financière en cas de dommage responsable ou sans responsable identifié.

    L’assurance « tous risques » semble être la meilleure option. En effet, elle couvre l’essentiel des risques à savoir les dommages causés au véhicule en cas d’accident, les dégradations (bris de glace, incendie, catastrophes naturelles, technologiques, …).

    S’ajoutent des options qui permettent d’assurer les pièces du véhicule et tous les biens qu’il contient. Enfin, toutes ces garanties sont soumises à des franchises dont le taux varie selon le type de contrat.

Comments are closed.